L’opération de la myopie comporte-t-elle des risques ?

par | 23 janvier 2024

Cette actualité appartient aux catégories suivantes : Chirurgie | Myopie

La correction de la myopie peut se faire grâce à diverses techniques de chirurgie réfractive. Cette large variété de méthodes permet de trouver une solution efficace pour la plupart des patients et les complications sont rarissimes. Cependant, comme pour toute intervention chirurgicale, elles restent possibles. C’est notamment un bilan préopératoire minutieux qui permet de minimiser leur taux d’occurrence.

 

Quelles interventions chirurgicales pour traiter la myopie ?

 

Selon l’âge du patient myope, ses activités, les caractéristiques anatomiques de son œil, la puissance de sa myopie et les éventuels troubles associés (astigmatisme et/ou presbytie), diverses solutions chirurgicales peuvent être envisagées. Les méthodes laser, dont le principe est de modifier la cornée pour diminuer le pouvoir de réfraction de l’œil, sont au nombre de trois. Le Lasik et le SMILE permettent de corriger la myopie jusqu’à 10 dioptries (D). Pour sa part, la PKR offre une gamme de traitement un peu moins étendue : 6 D maximum. Si le patient est encore jeune, éloigné de l’âge auquel se déclare la cataracte, mais présente des contre-indications au laser ou que sa myopie est d’une puissance supérieure à 10D, les implants Phake constituent la première solution alternative envisageable. Il s’agit de lentilles introduites entre l’iris et le cristallin, de manière purement additive, sans retirer aucune structure oculaire. Grâce aux implants Phake, les myopies jusqu’à 20 D peuvent être prises en charge. Enfin, pour les patients myopes âgés de 60 ans ou plus, c’est-à-dire proches de l’apparition de la cataracte, l’extraction du cristallin et son remplacement par un implant correcteur adapté représente la meilleure solution. Ce procédé évite en effet une intervention ultérieure pour traiter la cataracte et permet une correction totale des myopies inférieures à 10D.

 

Risques du traitement chirurgical : quelques chiffres

 

Les risques de complication liés à une intervention de chirurgie réfractive visant à corriger la myopie, tels que les endophtalmies, le glaucome ou le décollement de la rétine, varient selon la méthode utilisée. Dans tous les cas, ils demeurent minimes si le bilan préopératoire est effectué de manière rigoureuse par un praticien qualifié, pour exclure toute contre-indication. En effet, l’étude rétrospective des complications signalées révèle une mauvaise indication initiale dans la grande majorité des cas : le patient ne présentait pas les caractéristiques adéquates pour le traitement choisi. Par ailleurs, certaines données aident à démontrer que ces traitements chirurgicaux de la myopie ne présentent pas de risques statistiquement significatifs. Par exemple, après une intervention Lasik, le taux d’infections post-opératoires est inférieur à 1%, et les inflammations de la zone située sous le volet stromal (« kératite lamellaire diffuse ») ne surviennent que chez 0,5% des sujets traités. Toujours pour illustrer la sécurité qu’offrent les traitements chirurgicaux de la myopie, certaines études indiquent que le taux de complications après une intervention SMILE est inférieur à 1 pour 1000.

Dernières actualités du Dr Nicolau

Opération de la presbytie : quel résultat en attendre ?

Opération de la presbytie : quel résultat en attendre ?

Grâce à la variété importante des techniques de chirurgie réfractive aujourd’hui disponibles, chaque patient peut bénéficier d'un protocole adapté pour traiter sa presbytie. La stabilité de la correction dans le temps est cependant variable en fonction de l'âge et,...

Peut-on regarder un écran après une PKR ?

Peut-on regarder un écran après une PKR ?

Pour beaucoup, l'utilisation intensive d’écrans fait désormais partie intégrante du quotidien et, en être privé, ne serait-ce que temporairement, constitue un désagrément. Ainsi, la question du retour à l’utilisation d’écrans après PKR est récurrente en consultation....

Quel est le coût d’une opération des yeux ?

C’est surtout la technique opératoire employée qui détermine le tarif d’un traitement de chirurgie ophtalmologique. Or, le choix de la méthode chirurgicale à mettre en œuvre dépend de critères multiples. Le coût d'une opération des yeux ne peut ainsi être fixé...

Implant multifocal : quel temps d’adaptation

Implant multifocal : quel temps d’adaptation

Le remplacement des cristallins ou suite à une chirurgie de la cataracte par des implants multifocaux, permet fréquemment aux patients opérés de se passer définitivement du port de verres correcteurs, quelle que soit la distance d’observation. Cependant, avant...

Découvrez

CHIRURGIE RÉFRACTIVE

CHIRURGIE DE LA CATARACTE

SÉCHERESSE OCULAIRE

PAUPIÈRES

KÉRATOCÔNE