Opération de la cataracte au laser à Paris

Pour remplacer par un implant artificiel le cristallin opacifié à l’origine de la cataracte, le chirurgien doit inciser la capsule naturelle qui le contient et la cornée. Cela peut être fait manuellement ou à l’aide d’un faisceau laser (laser Femtoseconde). Dans ce cas, on parle alors de chirurgie de la cataracte au laser ou « Femtocataracte ».

Opération de la cataracte au laser : qu’est-ce que c’est ?

Dans la majeure partie des cas, les premiers effets de la cataracte se font ressentir aux alentours de 65 ans. Ils sont dus à l’opacification du cristallin. Cette lentille naturelle, qui vient, avec la cornée, conférer à l’œil son pouvoir de réfraction des rayons lumineux, est normalement transparente. Mais, le vieillissement atteint aussi le cristallin : l’agencement des molécules qui le composent se modifie et cela entraîne une diminution progressive de sa transparence initiale.

La vue des sujets atteints se brouille alors progressivement, leur acuité visuelle diminue, de près comme de loin. Plus généralement, ils ont la sensation de regarder au travers un voile ou une chute d’eau, d’où d’ailleurs la dénomination de cette affection. Les éblouissements sont fréquents, la nuit notamment.

Il n’existe pas de traitement médical de la cataracte et, lorsqu’elle induit un inconfort quotidien trop important, une intervention chirurgicale est alors nécessaire. Le principe est d’extraire le cristallin opacifié, pour le remplacer par un implant, aux caractéristiques optiques adaptées aux besoins de correction du patient. Pour cela, le praticien doit inciser la cornée puis ouvrir la capsule, ou « sac cristallin », qui contient l’élément à extraire. Cela nécessite d’inciser le sac dans sa partie antérieure pour pouvoir accéder à son contenu.

Il existe pour cela deux méthodes. La première est manuelle alors que la seconde fait intervenir un faisceau laser (laser Femtoseconde). Lorsque c’est le cas, on parle alors de chirurgie de la cataracte au laser ou « Femtocataracte ». Les avantages de cette méthode sont encore discutés entre spécialistes. Cependant, de l’avis général, elle doit a minima être considérée comme une technique alternative, à disposition du chirurgien, qui peut, selon les cas, décider qu’elle est plus adaptée, notamment parce qu’elle peut éventuellement assurer davantage de contrôle et des gestes plus précis. En d’autres mots, l’utilisation du laser Femtoseconde est un outil de plus, utilisable pour la chirurgie de la cataracte, opération par ailleurs extrêmement fréquente et sur laquelle le corps médical dispose d’un recul immense.

cataracte traitement laser cataracte chirurgie operation ophtalmo paris specialiste chirurgie refractive chirurgie cataracte paris docteur romain nicolau

Dans quels cas avoir recours à l’opération de la cataracte au laser ?

Laser ou manuelle, la chirurgie de la cataracte constitue le seul traitement possible de cette affection au caractère inéluctable. L’intervention doit être envisagée lorsque la cataracte devient trop handicapante pour assurer au patient un confort visuel satisfaisant.

L’utilisation du laser reste le choix du chirurgien. Ce dernier peut, au cas par cas, choisir de procéder manuellement ou à l’aide d’un laser Femtoseconde.

Cette option peut en particulier s’avérer utile lorsque l’espace de manœuvre intraoculaire est réduit, quelle qu’en soit la cause.

Selon certaines études, elle permettrait par ailleurs de réduire le risque d’hémorragie au cours de l’intervention.

Enfin, l’utilisation du laser Femtoseconde peut permettre d’alléger la phase classique de phaco-émulsification. Elle consiste à fragmenter le cristallin, par l’utilisation d’une minuscule sonde à ultrasons, avant d’en aspirer les débris. Chez certains patients, l’utilisation trop importante des ultrasons est susceptible d’endommager les structures oculaires environnantes. Le laser permet alors de commencer à désagréger le cristallin pour ensuite lui appliquer une phaco-émulsification plus légère.

Comment se passe l’opération de la cataracte au laser ?

 

Chirurgie de la cataracte au laser en pratique

La cataracte est le plus souvent bilatérale. Néanmoins, les deux yeux ne peuvent pas être opérés le même jour et il convient de planifier 2 interventions différentes, espacées de quelques semaines. La chirurgie de la cataracte au laser se déroule en mode ambulatoire. L’anesthésie est locale, le plus souvent assurée par l’instillation de gouttes spécifiques. Au total, l’opération ne dure pas plus d’une vingtaine de minutes.

Déroulement de la chirurgie de la cataracte au laser

Une fois l’anesthésie réalisée, un cône d’aspiration, dispositif de fixation qui immobilise l’œil du patient, est mis en place.

La procédure d’incision du sac cristallin peut alors démarrer. Elle est entièrement automatisée, les coupes nécessaires ayant préalablement été programmées dans le système informatique qui pilote le laser Femtoseconde. Cette étape dure de 2 à 4 minutes. Le laser aura alors réaliser des incisions précises, une découpe parfaite de la capsule antérieure, une fragmentation de la cataracte.

Le chirurgien peut alors accéder au cristallin et procéder à la phaco-émulsification de ce dernier. Dans certains cas, elle est en partie remplacée par fragmentation du cristallin au laser.

Quoi qu’il en soit, les débris de ce dernier sont alors retirés et l’implant artificiel est ensuite introduit dans le sac cristallin. Dans la plupart des cas, les incisions n’ont pas besoin d’être suturées.

Enfin, des antibiotiques sont instillés dans l’œil pour minimiser le risque d’infection et une coque protectrice est apposée.

L’inconvénient de cette technique est son coût. En effet, à ce jour cette technique n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Il faut compter environ 1500 euros par œil pour ce type d’intervention.

Suites opératoires et post-opératoires

Les suites post-opératoires sont globalement les mêmes, avec ou sans utilisation du laser Femtoseconde.

Le patient doit strictement éviter de se frotter l’œil et, la première semaine, la coque protectrice doit être portée la nuit.

Le traitement post-opératoire se base sur l’utilisation de collyres antibiotiques et anti-inflammatoires pendant 30 jours.

L’arrêt de travail prescrit varie de 3 jours à 2 semaines, en fonction du type d’activité professionnelle exercée.

Il est possible que la vision soit floue les premiers jours et que s’installe une hyper photosensibilité très temporaire. L’amélioration se fait ensuite de façon progressive.

Risques et complications de l’opération de la cataracte

Le recul du corps médical sur l’opération de la cataracte et les progrès techniques en matière d’implants, assurent, dans l’immense majorité des cas, le succès de l’intervention. Néanmoins, il s’agit d’un acte chirurgical qui, en tant que tel, comporte des risques, même s’ils sont extrêmement réduits.

Lorsque se produisent des complications, elles peuvent être peropératoires (hémorragies, rupture du sac cristallin…), avoir lieu dans les quelques jours qui suivent l’intervention (infections dans moins de 1 cas sur 3000) ou plusieurs années plus tard. Il peut alors s’agir de l’opacification postérieure du sac cristallin, souvent désignée par les termes « cataracte secondaire », qui ne nécessite qu’un léger traitement laser.

Découvrez aussi

CHIRURGIE RÉFRACTIVE

SÉCHERESSE OCULAIRE

PAUPIÈRES

KÉRATOCÔNE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.