Opération PresbyLASIK à Paris

Le Presbylasik est un traitement chirurgical au laser de la presbytie. Variante de la technique du Lasik, il tient compte des particularités de la presbytie, souvent associée à d’autres troubles visuels.

Quel est le principe du Presbylasik ?

La presbytie est causée par un vieillissement inévitable du cristallin, qui perd de sa capacité à se déformer pour permettre l’accommodation et la vision de près. Elle débute généralement dans le courant de la quarantaine, s’aggrave dans les années suivantes avant de se stabiliser vers 60/65 ans.

La particularité de ce trouble réfractif réside dans le fait que souvent, il s’ajoute à un autre trouble déjà existant : myopie, hypermétropie ou astigmatisme. La correction de la presbytie suppose donc de tenir compte de la correction nécessaire par ailleurs pour remédier au(x) trouble(s) associé(s).

Le traitement au Presbylasik peut reposer sur le principe de la bascule, avec une correction différente pour chaque œil. On corrige la vision de loin sur l’œil dominant, et la vision de près sur l’œil dominé, en laissant au cerveau le soin de réaliser la synthèse entre la vision de près et la vision de loin. Parfois, le choix est fait de ne corriger qu’un seul œil. C’est la solution qui est souvent privilégiée pour les patients myopes et presbytes.

Mais on peut aussi opter pour la multifocalité. Cette technique permet la création sur la cornée de deux zones de vision distinctes :

  • La vision de près est assurée par la zone située au centre de la cornée ;
  • la vision de loin est assurée par la zone périphérique de la cornée.

 

L’indication du Presbylasik est posée en fonction de plusieurs critères :

  • L’âge du patient, idéalement entre 40 et 55 ans.
  • Le type de trouble visuel dont le patient était déjà affecté avant l’apparition de la presbytie : un patient myope qui devient presbyte n’est pas le meilleur candidat à la multifocalité car il était habitué, avant l’apparition de sa presbytie, à voir correctement de près. Alors qu’à l’inverse, un patient hypermétrope, déjà habitué à devoir fournir des efforts pour accommoder de près, le tolérera mieux. Cette technique conviendra également aux patients qui n’avaient aucun trouble visuel antérieur.
  • Le type d’activité professionnelle ou sportive pratiquée.
  • L’absence de pathologies affectant la cornée, qui contre-indiqueraient la chirurgie au laser.
  • L’absence de cataracte car dans ce cas, c’est au niveau du cristallin qu’il est préférable d’intervenir.
presbylasik lasik presbytie traitement operation presbytie ophtalmo paris specialiste chirurgie refractive chirurgie paris docteur romain nicolau

Comment se déroule l’opération laser PresbyLASIK ?

 

Le Presbylasik en pratique

L’intervention a lieu en ambulatoire, sous anesthésie locale par instillation de gouttes dans les yeux. Les deux yeux sont traités au cours du même temps opératoire, en une trentaine de minutes.

Quel est le déroulement du Presbylasik ?

La chirurgie au Presbylasik se déroule de la même manière que la chirurgie au Lasik, avec quelques variantes.

  • L’ophtalmologiste procède à la découpe d’un volet cornéen au niveau de l’épithélium, situé sur la surface de la cornée. Cette découpe est réalisée avec un microkératome ou au laser Femtoseconde, qui offre une grande précision et une grande rapidité du geste. L’objectif est d’accéder au stroma, couche plus profonde de la cornée. Elle suppose d’appuyer sur la cornée pour l’aplatir, la découpe ne pouvant se faire sur une surface bombée.
  • Dans un deuxième temps, l’opérateur utilise le laser Excimer pour sculpter la cornée, selon des modalités variables selon le trouble visuel et l’option choisie : intervention sur la vision de loin sur un œil et sur la vision de près sur l’autre, correction sur un seul des deux yeux, ou encore correction de la vision de loin et de près sur le même œil. Dans ce dernier cas, le remodelage de la cornée accentue la courbure au centre, tandis qu’il la diminue en périphérie.
  • Enfin, le volet cornéen est replacé sur la cornée.

L’opérateur place une lentille pansement sur les yeux pour les protéger en post-opératoire immédiat. Elle doit être conservée la journée qui suit l’intervention.

Quelles sont les suites post-opératoires du PresbyLASIK ?

En quelques heures, la sensation de voile devant les yeux disparaît et l’autonomie visuelle complète est récupérée dans la journée qui suit l’intervention.

Il est conseillé de porter des lunettes de protection de jour et des coques la nuit pour éviter les frottements des yeux qui pourraient provoquer un déplacement du volet cornéen. De même, une interruption des activités sportives, et professionnelles si le métier exercé expose à des risques de choc, est recommandée.

Les douleurs post-opératoires sont très légères et s’apparentent davantage à une sensation de gêne, accompagnée de larmoiements. Elles disparaissent rapidement.

Plusieurs collyres sont prescrits pour lubrifier l’œil et pour prévenir tout risque d’infection.

Quels sont les risques et les complications de la chirurgie au Presbylasik ?

Les complications possibles du Presbylasik sont identiques à celles du Lasik :

  • La sensation de sécheresse oculaire, en principe temporaire mais qui peut durer plusieurs mois.
  • Le passage d’une bulle d’air dans la chambre antérieure de l’œil après soulèvement du volet cornéen est possible et impose l’arrêt immédiat de la chirurgie.
  • Le volet cornéen peut se déplacer dans les suites de l’opération, en raison d’un choc ou d’un frottement des yeux.
  • La découpe du volet cornéen peut déboucher sur une mauvaise cicatrisation de la cornée, conduisant à son opacification.
  • Une infection est toujours possible, bien que prévenue par les collyres antibiotiques. La kératite lamellaire diffuse est une forme sévère qui provoque une sensation permanente de sable dans les yeux.
  • Une invasion épithéliale, consistant en un passage anormal de cellules épithéliales sous le volet cornéen, est possible mais très rare.
  • Une diplopie, vision dédoublée, peut apparaître dans de rares cas.
  • Une déformation de la cornée peut se produire à distance de l’intervention. Elle est d’autant plus rare que dans la grande majorité des cas, il est possible de détecter en pré-opératoire les patients qui y sont prédisposés, ce qui permet de leur proposer une autre option thérapeutique que le Lasik.

Découvrez aussi

CHIRURGIE DE LA CATARACTE

SÉCHERESSE OCULAIRE

PAUPIÈRES

KÉRATOCÔNE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.